Aufait Maroc

Nouvelle-Zélande : un second volcan en passe de se réveiller

Nouvelle-Zélande: un second volcan en passe de se réveiller
Dernière mise à jour le 08/08/2012 à 10:24

Le volcan de White Island, au large du nord de la Nouvelle-Zélande, montrait des signes inhabituels d’activité mercredi, au lendemain du réveil sans conséquences graves d’un autre volcan, le mont Tongariro, qui s’est couvert de cendre.

Une caméra installée dans le cratère de White Island, une île volcanique inhabitée, a enregistré une micro-éruption, sans lien avec celle du mont Tongariro.

« La caméra dans le cratère semblait maculée de boue et de cendre ce matin, ce qui indique qu’il s’agit d’une sorte de rot », a déclaré à l’AFP Craig Miller, vulcanologue à l’institut de sismologie néo-zélandais GNS Science.

Le mont Tongariro, situé sur l’île du Nord, n’a quant à lui manifesté aucune nouvelle convulsion après avoir craché à 6.000 mètres d’altitude un immense nuage de cendre dans la nuit de lundi à mardi, montrant une activité significative pour la première fois depuis 1897.

L’éruption n’a pas entraîné de coulée de lave ni fait de victime mais le nuage de cendre a perturbé le trafic aérien et diffusé jusqu’à Wellington, à 250 km de là, une odeur âcre et indisposante de soufre.

« C’était comme les égouts, vraiment désagréable », a témoigné une habitante, Carole Burke.

La Nouvelle-Zélande est située sur la Ceinture du feu du Pacifique, à la frontière des plaques tectoniques australienne et du Pacifique, enregistrant jusqu’à 15.000 secousses par an et une forte activité volcanique.

L’éruption la plus meurtrière qu’ait connue le pays remonte à 1953, lorsque des débris du mont Ruapehu, sur l’île du Nord, avaient détruit un pont ferroviaire et fait dérailler un train, causant la mort de 151 personnes.

Selon GNS, White Island est le volcan le plus actif de l’archipel neo-zélandais. En 1914, un glissement de terrain dû à son activité a balayé une mine de soufre et fait 11 morts.